La détox anti perturbateurs endocriniens et post-pilule

 

Perturbateur endocrinien, santé de la femme, cancer du sein, ovaires polykystiques, Endométriose, phtalates, PEG, phénoxyéthanol, parabens, PCBs, post pilule, hormones

Comment les perturbateurs endocriniens affectent le cycle féminin et la santé des femmes ? Comment s’en débarrasser?

La pilule est aussi un perturbateur endocrinien­ :  comme les pesticides (fongicides, herbicides, insecticides), les hormones de synthèse donnée aux femmes pour la contraception ou le traitement de la ménopause participe à la pollution de notre environnement mais aussi de notre écosystème intérieur.

Je vous propose d’écouter Sarah-Maria Leblanc, herboriste clinicienne, co-auteure de Sagesse et pouvoirs du cycle féminin (Le Souffle d’Or, 2014). Pour elle, le problème des perturbateurs endocriniens est le problème numéro un de la santé de la femme aujourd’hui. Cancer du sein, ovaires polykystiques, endométriose etc. Les signes du dérèglement du cycle hormonal naturel de la femme sont nombreux !

Heureusement, nous pouvons agir sur cette pollution ! 

Tout d’abord, il convient de supprimer les causes environnementales ou domestiques d’exposition aux perturbateurs endocriniens :

  • Arrêter les hormones de synthèse et passer à une contraception écologique (la symptothermie)
  • Opter pour un traitement naturel pour la ménopause : prendre rendez-vous avec une naturopathe ou un médecin spécialisé, lire les ouvrages de Bérengère Arnal (AntiCancer du sein, notamment), Marie-Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc (Sagesse et pouvoirs du cycle féminin), Nina Rissim (Mamamélis, La ménopause)
  • Nettoyer sa maison des produits cosmétiques contenant des phtalates, PEG, phénoxyéthanol, parabens, PCBs (polychlorobiphényles), HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques)… De nombreux livres (liste) ont été écrit à ce sujet.
  • Faire des cures détox régulièrement !

 

Protocole de transition après la pilule

Proposé par les auteurs de Sagesse et pouvoirs du cycle féminin, page 129, cette cure dure 3 mois.

Utiliser le pissenlit et le chardon-marie en teinture mère sur une période de trois mois en augmentant les dosages de 5 gouttes par jour, de 30 gouttes à 50 gouttes de fois par jour (par exemple 1er jour 30 gouttes, 2e jour 35 gouttes, etc) pour des toxiques le corps des hormones synthétiques des contraceptifs. Il est suggéré également d’utiliser pendant ces trois mois, un supplément contenant des indoles-3- carbinol, issus des brassicacées (choux, brocoli) et/ou de manger 2 portions de brassicacées par jour. Enfin, il serait utile de prendre deux capsules de curcuma, deux à trois fois par jour, avec les repas et/ou de l’incorporer à la cuisine. La chlorelle, la coriandre, les verdures foncées vont aussi aider à la détoxification

 

La détox anti-perturbateurs endocriniens

Pour éliminer les xéno-œstrogènes et autres perturbateurs endocriniens, on peut donc aussi :

– Manger des brocolis et autres choux car ils permettent d’éliminer par la bonne voie métabolique les perturbateurs endocriniens. En effet, les femmes ne présentent pas toutes le même métabolisme hépatique des œstrogènes qui peuvent se dégrader par trois différentes voies. La voie des 4-OH et celle des 16-OH favorisent le risque de cancer tandis que la voie des 2-OH réduit au contraire le risque de cancérogenèse. L’indole-3-carbinol des brocolis (mais aussi des autres crucifères, la famille des choux) favorise la dégradation des œstrogènes par la voie 2-OH.

– Faire une ou plusieurs cures annuelle de chardon-marie et/ou de pissenlit (en EPS pour plus d’efficacité et sans alcool, une cuillère à café avant le repas). Une cure prolongée sera nécessaire après la prise de la pilule sur plusieurs années ou de la pilule du lendemain, par exemple 3 cures de trois semaines espacées chacune d’une semaine.

– Prendre des remèdes homéopathiques détoxifiants comme Chelidonium majus 5 CH et Hydrastis canadensis 5 CH, pendant un mois 3 granules de chaque matin midi et soir. Poursuivre avec des remèdes favorisant l’élimimation rénale : Solidago virga aurea 5 CH et Thlaspi bursa pastoris 5 CH (même durée de traitement et même posologie).

Articles complémentaires

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Laisser une réponse